819 564.2882

Une morsure très surette! (2 de 4)

Dans la seconde partie de son texte, l'auteure nous parle de la forme aigüe de la maladie de Lyme, soit celle qui est généralement connue de la population et du corps médical.

 

Bonne lecture!

L'équipe de PRELEV

____________________________________________

VULGARISATION SCIENTIFIQUE SUR LA MALADIE DE LYME - par Kalya Bourque

PARTIE 2 de 4

 

Forme aiguë

 

Érythème migrant maladie de LymeLa forme aigüe de la maladie est celle qui est la plus connue; c'est la phase qui se déroule tout de suite après la morsure de la tique.  Les symptômes principaux sont des rougeurs en forme de cible qu'on nomme érythème migrant, ou plus communément appelées "Bull's eye", des raideurs à la nuque, des symptômes semblables à ceux de la grippe, de la fièvre ainsi que des douleurs musculaires.  Dès qu'il y a présence d'érythème migrant, on peut confirmer la présence de Lyme.  Cependant, ces rougeurs n'apparaissent qu'environ 50% du temps (selon le CDC); ce n'est donc pas toutes les personnes infectées qui auront ce "rash".  La bactérie pourra donc, dans ce cas, continuer à se reproduire dans l'organisme hôte en toute quiétude, en passant vraiment inaperçue...

 

Bactérie Borrelia BurgdorferiContrairement à la pratique générale actuelle basée sur les tests sanguins, le diagnostic devrait se faire en incluant l'analyse de tous les symptômes, donc en prenant en compte la condition clinique du patient - c'est d'ailleurs ce que Santé Canada recommande.  Les tests sanguins recommandés par Santé Canada et par le CDC aux États-Unis sont le test ELISA et le Western Blot.  Malheureusement, dans le cas de la maladie de Lyme, ces deux tests ont une utilité limitée et peuvent révéler de faux résultats.

Le test ELISA a recours à la présence d'anticorps dans le sérum sanguin pour détecter la bactérie.  Or, si le patient a un système immunitaire affaibli par la bactérie ou pour toute autre raison, il se peut qu'il ne produise pas beaucoup d'anticorps et donc que ces derniers ne soient pas détectés, ce qui ne garanti aucunement qu'il n'y ait pas présence de la bactérie.  De plus, un test effectué trop tôt peut avoir comme conséquence que le système immunitaire n'ait pas eu le temps de produire d'anticorps.  

Par certaines techniques de biologie moléculaire (Elispot et PCR), certains laboratoires proposent des tests diagnostics plus spécifiques.

Des recherches ont démontré que la bactérie causant la maladie de Lyme avait un cycle de reproduction d'environ 4 semaines.  Selon certains spécialistes, un traitement d'antibiotiques (p. eg. doxycycline, amoxicilline, etc.) d'au moins 5-6 semaines pourrait avoir de meilleures chances d'éliminer toutes les bactéries.  Malheureusement, à ce jour, les médecins québécois prescrivent souvent de 2 à 4 semaines d'antibiotiques.  Si vous faites un calcul rapide, il est possible que la bactérie ait une chance en or de survivre et de se multiplier... et que vous vous retrouviez un jour dans une situation comme la mienne, soit avec une maladie de lyme en phase chronique!

à suivre...

 

 

0
0
0
s2sdefault
powered by social2s

Coordonnées

Téléphone : 819 564-2882
Télécopie :  819 564-6577
Info@prelev.ca
Du lundi au jeudi de 6 h 30 à 13 h 30

Le vendredi de 6 h 30 à 11 h 30
* Sans rendez-vous tous les jours après 8:00

Adresse

Édifice Jean Coutu du Boulevard Bourque, arrondissement Rock-Forest.
4870, boul. Bourque, suite 3
Sherbrooke (Qc)
J1N 3S5